Le 16 février dernier, le groupe GaBLé nous faisait le plaisir de monter sur la scène du Camji. Rencontre… 

Sound Reporters : Les pochettes de vos albums sont assez originales, notamment celle de « Jolly Trouble ». Est-ce vous qui les dessinez ?

GaBLé : Les toutes premières ont été faites par Mathieu (du groupe) puis on a travaillé avec un ami à nous qui s’appelle Charlie Le Noir, qui a travaillé pour plusieurs groupes. Pour Jolly Trouble, on a collaboré avec Angela Dalinger, une artiste peintre allemande. On trouvait ses images cool, on lui a demandé si on pouvait utiliser une de ses peintures pour l’album et elle a accepté !

Sound Reporters : Vos clips semblent très travaillés, cela représente combien de temps de travail en moyenne ? (PoRTi, TRoPiCooL, SoLaiRe)

Mathieu : Sur les clips c’est pareil, on fait appel à des personnes extérieures. Pour les films d’animation, on travail avec Yannick Lecoeur, je crois que ça lui prend au moins 1 ou 2 mois de boulot.

Gaëlle : C’est toujours assez long le cinéma d’animation, du coup il y passe du temps. On jette aussi un œil en cours de travail, parfois on lui demande de faire quelques modifications, ce qui rajoute du temps de travail !

Sound Reporters : Vous jouez avec les majuscules dans vos titres, y a t-il une raison particulière ?

Mathieu : Au début c’était comme une petite blague et puis c’est resté, pour avoir un peu comme une identité. Je sais plus pourquoi j’ai fais ça au départ et puis on l’a gardé, on trouve ça rigolo mais il n’y a pas plus de sens.

IMG_0282

Sound Reporters : Vous variez beaucoup les styles au sein d’un même morceau, est-ce difficile à mettre en place ?

Mathieu : En fait on enregistre pendant longtemps, et après on essaye d’assembler des choses qui n’étaient pas censées aller ensemble au départ, c’est sûrement ça qui donne le côté collage de la musique. On s’arrange pour qu’il y ait des sortes d’accidents et pour associer des choses qui semblent ne pas aller ensemble. C’est ça ?

Thomas : C’est exactement ça ! Je n’aurais pas dit mieux.

Sound Reporters : Vous avez un univers très original, y a t-il quelque chose qui vous inspire particulièrement ? (cinéma, BD…)

Mathieu : Moi je ne suis pas très cinéma, j’aime bien les films d’animation et la peinture.

Gaëlle : Moi j’aime beaucoup les BD !

Thomas : La télé aussi, enfin peut-être moins maintenant mais à une époque ça m’a pas mal influencé, le côté « zapping ».

Gaëlle : C’est vrai que ça a beaucoup changé quand on n’a plus eu la télé.

Mathieu : On piquait des samples, on enregistrait et on récupérait des trucs un peu rigolos ou faciles à utiliser. Je repense aux influences, je me dis qu’au départ on est aussi hyper influencés par des groupes des années 80 qui fabriquaient leurs disques eux -mêmes, ils faisaient tout : la déco, la pochette… Le fait de faire soit même son objet de A à Z, on l’a longtemps fait et je pense que ça aide aussi à ce qu’il y ait une cohérence entre les albums. C’était notre objectif, avoir un bel objet cohérent.

Sound Reporters : Quel festival aimeriez-vous faire ?

Mathieu : Les festivals où il y a une bonne ambiance ! On aime bien alterner entre les gros festivals et les petits lieux !

Thomas : Moi j’aime quand le site est beau, pas forcément grand, et me dire qu’une fois que le festival sera fini et bien ce sera foutu (rires), ce ne sera plus jamais comme avant. Comme à Lucerne où ils avaient tout fait pour qu’il n’y ait pas trop de casse ! C’était en haut d’une montagne, pour y aller c’était un peu spécial, il fallait prendre un funiculaire ou une route super longue. Il y avait une très belle vue, c’est agréable, c’est beau. J’aime bien ces trucs là.

IMG_0286

Sound Reporters : Quelle a été votre découverte musicale en 2016 ?

Mathieu : Je vais dire Death Grips, que j’ai découvert en 2015 ou 2016 mais avant je connaissais pas, une espèce de hip-hop un peu énervé !

Gaëlle : Pour ma part je citerai Moris Felitzia, qui existe depuis longtemps en fait !

Sound Reporters : Quel son illumine votre journée ?

Mathieu : Le son du p’tit café du matin !

Thomas : Moi j’aime bien le démarrage de ma bagnole ! Elle démarre tellement bien en ce moment.

Gaëlle : Et moi le chant du coq, j’aime bien.

Interview réalisée par Loïs

Publicités