Dans la chanson « Les jeunes des villes » de Sages comme des sauvages, la guitare donne un air de calypso. Le rythme est lent et la voix est très atypique et spéciale, un peu métallique et grinçante tout en restant douce.

Ce texte, engagé, nous parle des jeunes des villes en nous décrivant leur façon d’agir et de réagir face aux autres jeunes. Ils utilisent des métaphores telles que « Ils parlent jusqu’à se tuer » ou encore la répétition du mot « barbe ». On peut y voir une métaphore de l’hypocrisie et du harcèlement.

La tristesse est aussi très présente dans ce texte, notamment dans ce passage « Je regarde dans tes larmes et je ne vois que la pluie« . Cependant, le dernier paragraphe donne un sentiment d’espoir dans un « monde de brutes« . On ressent un certain vécu dans la voix des interprètes.

Ce texte est assez compliqué à comprendre à la première écoute, mais ses paroles très engagées ont un beau message à faire passer.

Chronique rédigée par Nathan, Vincent et Odette

Publicités